Consultez nos archives

Dimanche dernier, alors que la plupart des mes amis parisiens restaient très urbains et propres (mais mouillés!) en participant à la 10ème édition des Foulées du 8ème, j’ai « préféré » aller prendre un bon baie de boue en pays de la Loire, tellement plus « IN »!

Dilemne: je fais partie des Etoiles du 8 depuis le mois de septembre, une Association au top tant pour l’ambiance et la motivation que la qualité du coach et des entraînements. Or ce sont les Etoiles qui organisent les Foulées du 8ème.
Je ne serai donc pas là pour les aider le jour J. J’essaie de mettre ma pierre à l’édifice en me rendant utile au retrait des dossards le samedi matin et en animant la nouvelle page Facebook de la course.

Etant licenciée chez FreeRun72 et qualifiée pour les régionaux de cross qui ont lieu chaque année à la même date que les Foulées du 8ème, c’est donc « pleine d’entrain » que je me suis rendue au Mans dimanche matin (en covoiturage, mon nouveau moyen de transport), sous une pluie battante…

Le cross est organisé à l’Hippodrome des Hunaudières. Le terrain est gorgé d’eau. La veille il y avait 10 cm de neige, tout a fondu, c’est de la bonne bouillasse de cross comme on aime…
En guise de tente, nous sommes confortablement installés dans les boxes pour les chevaux! Un pour les filles, un pour les gars et même un pour la cuisine (le réchaud et la table de camping!). La classe à Dallas.

Reconnaissance du terrain de jeu. J’ai emmené mes bottes mais je pars à l’aventure en baskets…choix que je regrette au bout de 50 mètres, mes 2 pieds ayant immédiatement été largement imbibés et mis à température ambiante. C’est « relativement » plat, avec quelques bosses et buttes, des passages de gué, des relances,…je ne fais pas le tour complet j’en ai suffisamment vu!

Tous les coureurs et accompagnateurs sont arrivés, l’ambiance est chaleureuse et ça rigole bien. Les équipes partent les unes après les autres, pour les voir revenir un peu plus tard crottées de la tête au pied, debriefant la course…
Hum, je sens que je vais (en ch…) souffrir.

C’est à nous! Après un échauffement collectif et quelques lignes droite, la traditionnelle photo « avant ». On est encore à notre avantage. PAN! C’est parti. Je ne réfléchis pas et cours aussi vite que possible pour me placer au mieux et ensuite, faire le maximum pour conserver ma place, voire en gagner (c’est pas gagné..).
Je vois débouler Nathalie (Mauclair) comme un boulet de canon sur ma gauche. Bye bye! On se revoit à l’arrivée!!

Je suis oxy dès le premier kilomètre. Alors que sur certaines course il m’arrive de tergiverser et me demander ce que je fiche là, aujourd’hui je n’ai même pas l’occasion d’avoir ces états d’âme. Il faut se concentrer sur le parcours, anticiper, bien regarder où on met les pieds tout en collant à la fille devant soi (si on y arrive), et gérer son effort au mieux. Apparition d’un point de côté, cela ne m’était pas arrivé depuis des années…

La course me semble interminable, je n'ai pas de repère... Je jette un oeil à mon chrono pour voir combien de temps il me reste à souffrir (ayant évalué le temps global à une trentaine de minutes): 21 minutes! J'ai fait les 2/3...Je me fais prendre la main dans le sac par Dominique (Chauvelier) qui est juste à cet endroit précis du parcours: Regarde pas ta montre! C'est un cross!!

J’aperçois enfin cette fichue ligne d’arrivée et, dans un sursaut d’esprit de compétition, je donne ce qu’il me reste pour dépasser la fille devant moi que j’avais en ligne de mire depuis un moment. Petite satisfaction personnelle!

Je retrouve les autres FreeRunneuses crottées de haut en bas mais heureuses! Bonne nouvelle, nous sommes toutes qualifiées pour les inter-régionaux, on va s’en remettre une petite couche dans 3 semaines…

Et bien sûr la traditionnelle photo « après »!

cross01

  • Sydoky jan 29, 2013 Répondre

    Bravo Emmanuelle ! Et bravo à toute ton équipe !
    Quel courage de faire tous ces kms, même en covoiturage, pour si peu de distance dans la gadoue !!
    Bonne continuation pour les prochains !

  • Sandrunning jan 29, 2013 Répondre

    Superbe récit ! Je m’y vois presque :-)
    A très bientôt !

  • Greg Runner jan 30, 2013 Répondre

    Bravo! Quel courage de courir dans toute cette boue! Un grand bravo!!

  • Marcel jan 30, 2013 Répondre

    Y en a qui payent cher pour la même chose à Carnac ou Ouistréam ou ailleurs. Là, c’était gratos et vous aviez des spectateurs enthousiastes pour vous encourager. Bravo Manu et les filles.
    Je serai présent aux Inters, à l’intendance bien sur.

  • Margaux jan 30, 2013 Répondre

    A quel bonheur ces cross!ça me rappelle des souvenirs d’être étalée par terre dans la boue rien qu’au départ!Une fois je suis arrivée trop en retard pour récupérer mon dossard, je pars sans échauffement et finis 3eme mais ne peux être classée..Là au moins tu fais les choses dans l’ordre et tu as toute une équipe derrière toi c’est génial!

  • Fabien jan 31, 2013 Répondre

    Le cross, c’est l’école de l’athlétisme. Un passage obligatoire pour tout coureur, qu’il soit pistard ou marathonien! Le travail payerait dès les beaux jours du printemps…
    PS : en cross, on court sans montre!

  • sarah barbault fév 4, 2013 Répondre

    Bravo Emma, bravo! J’adore tellement ton blog… Le coup de Dom et la montre m’ont fait beaucoup rire…

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)