Consultez nos archives

Le dernier WE du mois de septembre était réservé depuis des mois au…marathon de Berlin. Je vais finir par penser que ce marathon est maudit pour moi ! En 2012, inscrite, je déclare forfait pour blessure. Cette année, ce sont les aléas de ma vie perso qui m’obligent à annuler ma participation au marathon.
Mardi soir, je prends la décision de ne pas aller à Berlin.

Je sais que le WE suivant, se déroulent :
⁃ la course « Enfants sans cancer » à laquelle je suis inscrite dans la team Runners.fr car je tenais absolument à soutenir l’Association Imagine for Margo. Sans y être physiquement, je penserai bien à eux.
⁃ la grande classique : Paris-Versailles
⁃ la Course des Terrils à laquelle participent Jean-Pierre, Greg, Bastien, Johan,… invités par Kalenji, le nouveau partenaire de cette course qui fêtait cette année son 30ème anniversaire

Je décide sans grande hésitation de me joindre au groupe de la Runnosphère pour découvrir cette fameuse « Course des Terrils », et revoir toute l’Equipe Kalenji bien sur ! Quelques mails plus tard et grâce à Kalenji, me voilà inscrite à la Course des Allumés.

Paris-Lille en TGV, c’est aussi rapide que de traverser Paris dans les embouteillages ! Arrivée à Lille, nous sommes attendus par un chauffeur qui nous conduit à Raimes où se déroule la course. Grande concentration dans le véhicule…
00

05

Là, nous sommes accueillis par le staff Kalenji. L’équipementier a un très beau stand , ainsi qu’une annexe entièrement dédiée à la collection « Kalenji by Night » : voir et être vu ! Visibilité et sécurité sont les objectifs de cette gamme très complète, en textile et accessoire. Je remarque particulièrement des gants entièrement réfléchissants, une bonne signalisation du coureur en pleine nuit.
07
08

Nous avons la primeur de découvrir une innovation qui va « révolutionner le monde du running », une lampe « torsale ». Force est de constater qu’ils sont les seuls à y avoir pensé et que l’idée est vraiment bonne.

 »Informations

09
10

Nous aurons la chance de tester les propotypes lors de la course nocturne « Des allumés ». Pas mal de collaborateurs et athlètes Kalenji (Thierry Breuil, Julien Bartoli) testent également la « torsale » à cette occasion.
Mon avis sur le produit : un excellent complément à la traditionnelle lampe frontale.
Le faisceau est puissant, et pas mal de coureurs sont restés dans mon sillage pour bénéficier de « mes lumières » !! Je n’ai ressenti aucune gêne particulière au port de la « torsale », le produit se fait immédiatement oublier.
Encore en cours de finalisation de développement, le produit final sera commercialisé fin 2013 – début 2014, à un tarif inférieur à 50 euros.


La présentation suivante est celle du nouveau modèle de chaussure trail, qui sortira en magasin en 2014.
Un modèle développé avec Thierry Breuil, chef produit trail chez Kalenji, très enthousiaste lorsqu’il nous parle de la chaussure. A tester très vite, donc !

04
01

L’heure avançant, nous nous préparons pour le départ de la course nocture, « La course des allumés », qui n’avait lieu que tous les 5 ans jusqu’à présent.
Une course qui mérite bien son nom dans les 2 sens du terme !

Pour ma part, j'avais décidé d'en faire une course plaisir et de profiter au maximum de la découverte de cette course hors du commun. Je n'ai pas été déçue !!.

Tout d’abord, place à l’échauffement. Greg fait ses gammes très sérieusement, je constate qu’il n’est pas venu pour faire de la figuration ! L’échauffement se termine par une petite séance de glissades, puis direction la ligne de départ.

La foule est dense et s’étire loin derrière nous ! C’est très beau de voir des milliers de petites lucioles s’allumer une à une dans la nuit tombante ! Dans le SAS de départ, l’ambiance est très festive, ça chahute, ça rigole, ça chante.


Vidéos VINE: pensez à mettre le son sur ON! (en-haut à gauche..)

15
14

Départ donné, je démarre à la sensation, ni trop vite, ni trop lentement, juste comme je le sens. De toute façob il fait nuit et je ne vais pas allumer le rétro-éclairage toutes les 5 mn pour connaître mon allure. Ce soir, c’est juste de la découverte, du plaisir et du fun.
Le fun, c’est d’ailleurs pour tout de suite car nous arrivons sur le premier terril. Il y a une ambiance de folie, les spectateurs, adultes comme enfants, sont déchaînés et encouragent les coureurs qui gravissent le terril. La pente est tellement raide (30%) et instable qu’on est obligés de se mettre à 4 pattes pour avancer. A un moment je me redresse pour prendre des photos et vlan, je recule et suis à la limite de tomber à la renverse. Je m’arrête pour admirer le spectacle, prendre des photos et filmer.
Vidéos VINE: pensez à mettre le son sur ON! (en-haut à gauche..)

18

Je continue mon petit bonhomme de chemin. Le second terril passe mieux, il s’agit de lacets bien moins raides que sur la première ascension. Nous nous retrouvons parfois sur des sentiers étroits et je me retrouve coincée dans le peloton, mais qu’importe, j’en profite pour profiter du moment présent, faire attention à toutes les sensations autres que ce que je ressens quand je fais une course « pour la perf », et cela fait un bien fou.

Un peu plus loin, j’entends une musique façon « lounge » et aperçois de la lumière. En m’approchant, je découvre que le parcours passe à côté d’un puits de charbon, et que le chevalement qui le surplombe est décoré de faisceaux lumineux de toutes les couleurs. La surprise est magnifique. A nouveau je m’arrête pour immortaliser cette ambiance hors du temps. Je filme pour retranscrire au mieux le « tableau » créé par l’organisation.

VIDEO VINE/ METTEZ LE SON SUR « ON », ce serait dommage de rater l’ambiance…

19

Allez hop, je repars, je trottine car nous sommes sur des pavés et je n’ai pas très envie de faire du mal à mon tendon d’Achille donc prudence avant tout. J’en profite pour analyser le faisceau lumineux de la lampe torsale. Il est certain que cela n’a rien à voir avec l’éclairage d’une frontale, c’est beaucoup plus puissant sans aucun doute. Le parcours est une longue ligne droite sur un chemin pavé à certains endroits. Les appuis sont instables mais grâce à la lampe je n’ai aucun souci pour appréhender le relief. Nous approchons de l’arrivée, il doit rester un ou 2 kilomètres, j’entends quelqu’un qui m’encourage dans le noir. Bêtement, au lieu de remercier je demande qui c’est ? « Thierry ! » Thierry qui, je me demande ? Bizarre ! Je saurais plus tard qu’il s’agissait de Thierry Breuil qui était déjà arrivé depuis bien longtemps et qui était revenu sur ses pas pour encourager les coureurs. Thierry et sa grande gentillesse et générosité…
Allez, l’arrivée est proche. Dans le peloton ça blague, les gens se motivent en parlant de l’apéro qui les attend. La ligne d’arrivée est digne d’une entrée de star se produisant en concert au stade de France !! Un spectacle pyrotechnique illumine le bâtiment principal du parc (le Château de la princesse, il me semble), une musique techno donne à l’endroit un faux air de « rave party pour sportifs » !!

23

21

20

La soirée se poursuit aussi bien qu’elle a démarré, tous les coureurs et spectateurs se réunissant pour une grande fête champêtre, soupe à l’oignon dans une main, saucisse et frites (excellentes!!) dans une autre, les bières sur la table.
Certains dansent le rock sur l’herbe pendant que des coureurs continuent d’arriver.
22


Bref, vous l’aurez compris, une course hors du commun à l’ambiance particulière que je recommande chaudement !! Bonne nouvelle, Kalenji, qui entend pérenniser son partenariat avec cette course, souhaite que « La course des allumés » ait lieu dorénavant chaque année. Vous n’aurez donc pas à attendre 5 ans pour y participer !
11

Vidéo by Kalenji :

Quelques images de notre retour, un poil moins glamour que la soirée…

27
25
24

  • Nom (Obligatoire)

  • E-mail (Obligatoire, mais ne sera pas rendu visible)

  • Site (Facultatif)

  • Commentaire (Obligatoire)